Actualités 2013


Controverses nucléaires en Japonais

Le film “Controverses Nucléaires” a été sous-titré en japonais.

On peut le voir sur le site Ringono.com, ou sur Youtube


It Has Been

Compilation de 5 petits films de propagande à la gloire de l'URSS et de ses peuples victorieux de la bataille de Tchernobyl.

Voir le film

;#;IT HAS BEEN …

Scénario : A. Rudkovsky 1)
Metteur en scène : V. Kirsanov 1)
Montage et compléments : Yves Lenoir 2)
Réalisation des sous-titres : Michel Hugot 2)
;#;

  1. Chernobylinterinform
  2. Enfants de Tchernobyl Belarus
D'où viennent ces images ?

Ce petit film de quinze minutes est constitué de larges extraits de cinq courtes séquences retenues parmi sept enregistrées sur un DVD trouvé par le photographe Alain-Gilles Bastide sur le bureau du Directeur du Ministère de Tchernobyl. Mises à part quelques imagess bien connues, l'ensemble en tant que tel est inédit dans notre pays.

Les titres de ces sept séquences :

  • It Has Been
  • Stalkers
  • They Saved the World
  • Eternal Memory
  • Goodbye Home
  • The Dead Town
  • ho Said

Il s'agit de films de propagande à la gloire de l'URSS et de ses peuples sortis victorieux de la bataille de Tchernobyl. Chacun d'entre eux est un montage constitué d'images prises sur le vif et de scènes reconstituées, voire venant d'ailleurs — des emprunts à une autre réalité.

Il s'agit d'impressionner et de faire passer un message. L'esprit critique doit donc être muselé, rôle dévolu à une musique grandiloquente typiquement eisensteinienne et à un montage suggestif. On s'aperçoit que couper le son suffit à libérer attention et capacité de raisonnement. C'est pourquoi le montage proposé ici est muet. Chaque emprunt a été inséré sans modification.

Notre propos, alors qu'une bataille est engagée à Fukushima depuis le 11 mars 2011, est mémoriel. Il s'agit de rappeler comment et dans quelles conditions dantesques des centaines de milliers d'hommes se sont battus à Tchernobyl. Aucune allusion à leur destin, maladie et mort, dans ces « documents ». Deux tableaux composés de données officielles ont donc été insérés après une séquence montrant une mise en scène burlesque et sinistre. Ils illustrent avec quelques chiffres terribles les pertes humaines différées de cette guerre d'un nouveu genre.

Goodbye Home et Who Said n'ont pas été utilisés. Le premier car il traite d'une autre conséquence de Tchernobyl, les évacuations, comme un prix à payer pour la sauvegarde (?) des populations. Le second car il donne à croire que la nature est plus forte que la radioactivité avec des vues paisibles de la zone interdite et celle d'une prairie fleurie dont nous apprenons par un zoom arrière qu'elle prospère à quelques centaines de mètres du sarcophage… un grand poncif qui fait fi des innombrables études scientifiques démontrant les dégâts que la radioactivité cause à la flore et à la faune.

Quelques remarques critiques

Nous avons retenu It Has Been comme titre pour notre montage car il s'applique, au premier degré aux événements formidables qu'il montre ou reconstitue, et au second degré à la médiocrité d'une propagande surannée suintant des sept œuvrettes de Rudkovsky et Kirsanov.

1. Reconstitution

Les premières images, sensées témoigner du combat des pompiers juste après les explosions initiales qui avaient incendié les toits de la centrale sont à l'évidence le produit d'une mise en scène. On note en particulier les flammes de cinéma embrasant les vêtements des pseudo-liquidateurs. On sait que c'est une énergie radioactive intense qui a tué les pompiers, et non des brûlures ordinaires.

2. Emprunt

Un gigantesque palan avec ses deux moufles multi-étagés apparaît un court instant entre une scène où des hommes tirant sur des cordes aident à la mise en place d'une structure préfabriquée et la scène suivante où une autre structure préfabriquée est portée par une grue à flèche au dessus du réacteur ruiné. Il s'agit manifestement d'illustrer le début de la construction du sarcophage. Ce palan est absent de toutes les vues panoramiques.

3. Mises en scène

La scène qui suit dans un bunker où un groupe d'hommes surveille sur un écran l'opération exécutée par un grutier est clairement un morceau de fiction réaliste. Le tableau est soigné, avec les visages des acteurs tendus vers la réussite d'une action toute militaire. On remarque que la première vue de l'écran montre un objet différent de la structure sensée devoir être mise en place. La caméra fixe ensuite les visages durant un moment assez long pour suggérer la difficulté de l'opération. Puis durant la rotation de la caméra, passant du groupe à l'écran, il n'a pas été possible d'éviter qu'apparaisse le perchman accroupi sous les écrans tendant le micro vers les acteurs ! L'écran de télévision montre alors fugacement en gros plan la première structure immobile alors qu'immédiatement après les visages s'éclairent d'un sourire comme si on avait assisté en direct à la fin de sa mise en place.

L'épisode de la banderole barrant le chantier suit les plans des camions envoyés par différentes villes d'URSS. Le rapprochement est évident. L'état d'esprit qu'on voulait inculquer aux intervenants s'en déduit. Toute l'Union était abreuvée de cette présentation idéologique des événements. Il s'agissait d'attirer des volontaires en nombre et de soutenir le moral des troupes et des réservistes engagés en première ligne.

Après la présentation triomphale du sarcophage, monstrueux et dominateur en contre plongée, on assiste à une joyeuse séance de signatures. Les liquidateurs se pressent devant un mur qu'ils recouvrent à la craie de leurs signatures. Ils rient, se congratulent, dansent une sorte de sarabande. A un moment l'un d'eux date la séance en écrivant « 1.10.86 ». Ce qui signifie que cette mascarade a été organisée la veille du jour marqué par l'épisode tragique rapporté dans le film Eternal Memory, dédié à l'équipage du Mi-8 qui s'est crashé sur le sarcophage après avoir heurté un câble avec son rotor principal. Ils seraient les seuls morts de toute cette longue bataille si l'on s'en tient à tout ce qui a été montré (celle des pompiers n'est que maladroitement suggérée).

On appréciera la tragique ironie sous-jacente : tout comme les intempéries dégraderont et feront disparaître tous les noms de ces valeureux combattants, les doses qu'ils auront reçues ruineront leur santé et les mèneront prématurément au cimetière.


Mise à jour du document "Réunion pectine 2006"

Des précisions importantes ont été ajoutées à ce document, qui permettent de mieux situer le contexte “anti-pectine” de cette réunion.


le naturaliste Tim Mousseau éclaire les conséquences de Fukushima avec les observations faites à Tchernobyl

Viewing Fukushima in the cold light of Chernobyl

By Steven Powell, spowell2@mailbox.sc.edu, 803-777-1923

“The Fukushima Daiichi nuclear disaster spread significant radioactive contamination over more than 3500 square miles of the Japanese mainland in the spring of 2011. Now several recently published studies of Chernobyl, directed by Timothy Mousseau of the University of South Carolina and Anders Møller of the Université Paris-Sud, are bringing a new focus on just how extensive the long-term effects on Japanese wildlife might be.”

Télécharger l'article


uclear accident and the pale grass blue butterfly

Après une première publication en août 2012 dans Scientific reports, faisant état de diverses malformations sur le papillon Zizeeria maha dans la région de Fukushima après la catastrophe une étude beaucoup plus complète est mise à notre disposition. Cette étude confirme et précise les premiers résultats observés en 2012, et apporte des réponses aux innombrables questions posées à la suite de la première publication. Le fichier au format pdf est disponible ici


Introduction à la radioprotection

Catherine Lieberr, membre du Comité d'Administration et cantatrice dévouée à la cause des enfants, a concocté une introduction aux bases de la radioprotection, aux unités de mesure, aux risques liés à la contamination radioactive, au problème des déchets de longue durée. Elle y présente également BELRAD et ETB, et nous donne la signification de quelques sigles souvent utilisés. Cette brochure s'adresse aux non spécialistes, militants ou néophytes qui ont besoin d'avoir des idées claires sur le sujet et des réponses précises aux questions posées par le nucléaire. Quelques réponses aux pro-nucléaires et des précisions sur les conséquences dramatiques de'accidents majeurs tels que Tchernobyl et Fukushima. Les sources sont citées, ainsi que quelques livres et films donnant une meilleure idée de la situation. Le parfait vade-mecum de l'amateur désirant en savoir plus.

notre Boutique

Introduction par Michel Fernex

«À la surface des continents émergents,il y a bien des millions d'années, l'environnement était hautement radioactif. Cette radioactivité a décru lentement, mais continuellement sur la Terre. Le XXe siècle a mis fin à cette lente réduction. On assiste alors à un accroissement de la radioactivité de l'environnement par saccades. C'est la conséquence du développement des industries nucléaires.

Le développement des armes atomiques, en particulier le Manhattan Project, a engendré une énorme pollution radioactive, bientôt fortement amplifiée par celle des tests atmosphériques des bombes, y compris ceux d'Hiroshima et de Nagasaki. Des accidents majeurs ont suivi dans des déchets entreposés dans l'Oural, puis les accidents sont survenus dans des centrales atomiques comme à Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima. Le prochain accident majeur ne saurait tarder. Il pourrait être plus dramatique que les précédents. Fukushima n'a pas encore tout dit. C'est ce que craignent des chercheurs du CERN. L'emploi du MOX et du Plutonium comme combustibles laisse craindre une explosion atomique dans une centrale ou un lieu de stockage comme La Hague ou Bure.

L'organisme humain n'était pas préparé au retour de la radioactivité ambiante et l'épidémiologie des cancers, des maladies génétiques, immunologiques, des malformations congénitales accuse une évolution vers l'aggravation. » ;;# Michel FERNEX;;#


Réponse à un argument : “Nous sommes tous naturellement radioactifs”

Oui. Nous avons en nous environ 50 Bq de potassium (K40) par kilo de poids de corps, ainsi qu'un peu de Carbone 14 et de tritium (H3).

Mais: 1 Bq n'équivaut pas à 1 Bq (cf. page 6) Potassium, Carbone 14 et Tritium sont parfaitement métabolisés et se répartissent à peu près uniformément dans l'organisme. On les trouve à des niveaux de concentration comparables dans tous les êtres vivants, plantes et animaux. Ce n'est pas le cas des radionucléides créés par l'énergie nucléaire.

Les radioéléments naturellement présents dans notre organisme sont causes de cancers et de malformations. Mais 1000 Bq de Césium 137 font des dégâts à moyen terme, quand 2000 Bq de Potassium n'en font qu'à long terme, comme part du processus de vieillissement. Les concentrations à ne pas dépasser en Césium 137 sont très inférieures à la concentration naturelle du Potassium.

Ainsi, se trouver dans un stade de foot, au milieu de 10.000 personnes, à raison de 4 personnes au m2,c'est se trouver sur un territoire contaminé par 20.000 Bq/m2. L'effet en est négligeable…

L'effet est bien différent si l'on pique-nique dans une prairie contaminée au même niveau par du Césium 137 et que l'on en mange les fraises sauvages!


QU'EST-CE QUE LA RADIOACTIVITE?

La matière est composée d'atomes. Un atome comprend deux parties: un noyau, constitué de protons (chargés positivement) et de neutrons (sans charge) + des électrons chargés négativement, en mouvement rapide autour du noyau, et que l'on désigne aussi par la formule « cortège électronique ». Le nombre des protons du noyau, égal à celui des électrons satellites…

Il existe trois types de rayonnements: Les deux premiers sont liés à des transformations radioactives: -le rayonnement Alpha.

Les déchets radioactifs contiennent souvent des émetteurs Alpha, les transuraniens. Absorbés par l'organisme, ce sont les plus dangereux. -le rayonnement Beta…

Qu'est-ce qu'un isotope?

Un même élément chimique se décline en plusieurs variétés, appelées « isotopes »…

Pourquoi parle-t-on de rayonnements ionisants?

a- Un ion est un atome ayant gagné ou perdu un ou plusieurs électrons. L'ionisation est la transformation d'atomes en ions.

b- Il y a ionisation quand l'énergie d'un rayonnement est suffisante pour arracher un électron au cortège électronique d'un atome. Il reste alors un ion positif (l'atome transformé) et…


PETIT SUPPLEMENT : les trois thèses concernant les faibles doses Fausses, bien entendu !!!

1- La thèse de l'effet de seuil : elle affirme qu'il existe un niveau de rayonnement en dessous duquel aucun effet néfaste n'est observable. Cette thèse repose sur l'idée qu'il peut y avoir régénération spontanée des tissus ou cellules atteintes. Il résulte de cette régénération spontanée que l'ajout de faibles doses radioactives est sans impact pathologique s'il reste inférieur à un certain seuil. C'est ce qui justifie que l'on fixe des doses admissibles.

2- La thèse « linéaire » : elle affirme que les dommages causés à l'organisme par les radiations sont cumulatifs et que toute exposition a un impact sur la santé des organismes vivants. Cet impact toujours nocif croît proportionnellement avec la dose reçue.

3- La thèse de l'effet « hormésis » : celle-ci pose comme prémisse qu'il existe un mécanisme propre à l'évolution des organismes sur terre, qui permet une autoadaptation du système immunitaire à l'exposition à de faibles doses. Les faibles doses seraient donc bénéfiques comme un vaccin!



BULLETIN COURT SPÉCIAL, JUIN 2013

BELRAD a besoin de votre soutien

La situation reste assez tendue À l'approche des vacances nous devons songer à assurer les transferts mensuels qui permettent à BELRAD de maintenir son niveau d'activité et de rétribuer son personnel. Si vous le pouvez, merci de faire un don, un renouvellement d'adhésion ou un achat.

Télécharger ce bulletin spécial


L'art de la sérigraphie au service des enfants



Nicolas BERTHE, graphiste, a créé une affiche en sérigraphie, “Stop Nucléaire”, tirée à 18 exemplaires.

Cette affiche, à la fois étrange et magnifique, est mise en vente en “libre participation”.
Nicolas se propose de verser intégralement le produit de la vente de cette affiche à E.T.B.

On peut contacter Nicolas Berthe à cette adresse

Voir la fabrication de l'affiche en images


CRILAN, dossier spécial

e N° 49 de CRILAN info est paru. Il propose un dossier spécial Japon, et annonce le débat public sur l'enfouissement des déchet nucléaires à BURE. Voir à ce sujet le site BURESTOP !.

Ce débat public, entamé le 15 mai, devrait se poursuivre jusqu'au 15 octobre, avec une période d'interruption au mois d'août.

Télécharger le n° 49 de CRILAN info


La mort des enfants en prime

→ Lire l'article complet ici

Chacun est hanté par les images d'hommes montant à l'assaut de la centrale de Tchernobyl dévastée, à peine protégés des radiations par un tablier de plomb, et des poussières radioactives par un masque vieillot à l'efficacité douteuse. Ces hommes, les liquidateurs, constituent la population la plus affectée par l'exposition à la radioactivité libérée par l'accident. Combien furent-ils, ces combattants du plus redoutable ennemi qu'un soldat puisse être amené à affronter, les radiations ? Sans aucun doute plus de 800 000 …


Deux articles du Dr Martine Deguillaume

Connue aussi sous le nom d'emprunt “Amélie Bénassy”, le Dr Deguillaume montre clairement dans ces deux articles que les séquelles des retombées de Tchernobyl sur la santé des liquidateurs et de la population étaient clairement visibles dès 1990.

La question des décès, notamment parmi les évacués, reste sans réponse officielle. Or les témoignages sur le comportement des habitants de Pripiat durant la nuit de l'accident et la journée qui a suivi donnent à penser que des doses énormes ont été absorbées “en famille”. Une recherche reste à faire à Kiev, là où ils ont été évacués.

Les deux articles sont accessibles ici :


Yves Lenoir à Chalon sur Saône

Conférence co-organidée par Annabelle Simon, présidente d'ACTE ,,(Association Chalonnaise pour le Transition Energétique),,
Article du journal de Saône et Loire


Une conférence de plus sur les méfaits du nucléaire ? Non, une autre conférence, sur l’action humaine autour de la catastrophe de Tchernobyl avec, en corollaire, les inévitables et logiques questions qui entourent l’énergie nucléaire.

Associée à Cap santé 71, la toute nouvelle association chalonnaise pour la transition énergétique a eu la bonne idée de convier un conférencier expert en la matière. Yves Lenoir, président de l’association Enfants de Tchernobyl Bélarus, devenue principal financeur de l’institut de radioprotection Belrad, mis en place par le professeur

Nesterenko, autour des zones sinistrées de Tchernobyl. Le but de cet organisme, qui œuvre depuis 26 ans, est de surveiller la santé des enfants qui vivent dans ces secteurs et toujours victimes de la radioactivité et de mettre en place des systèmes de radioprotection. C’est aussi toute la question du maintien des personnes dans les zones contaminées qui se pose. De Tchernobyl à Fukushima.

Le maire de Futaba aux Nations-Unies

Conscient du danger de la radioactivité, le maire de Futaba Katsutaka Idogawa a fait tout son possible pour défendre la population. Il est allé jusqu'à l'ONU à Genève fin oct 2012, accompagné de Pr. Michel Fernex et du groupe Fukushima Collective Evacuation Trial.

Voir le film

Interpellation par Katsutaka Idogawa, maire de Futaba
(une zone à évacuer impérativement), Fukushima

Mon nom est Katsutaka Idogawa, maire de Futaba, préfecture de Fukushima.

La catastrophe nucléaire qui a commencé le11 mars 2011 a dévasté notre communauté à Futaba, qui est devenue inhabitable. Environ 300 personnes à Futaba ont été exposées à des doses particulièrement élevées de radiation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, ce qui inclut les retombées de l'explosion de l'unité 1. Je suis le seul maire dans le japon d'aujourd'hui qui ait vécu cette expérience d'être couvert de cendres nucléaires. En tant que représentant de toute la population de Fukushima, Je vous demande de partager nos tristes expériences et demande votre aide pour sauver nos enfants.

Depuis le début de ce désastre nucléaire, nos droits humains, inscrits dans la Constitution japonaise, ont été violés. Au matin du 12 mars 2011, le gouvernement donna l'ordre d'évacuer. Cependant, il n'a été fourni aucune aide et aucun avis sur les moyens de transport ou la destination. Après avoir finalement rejoint les abris, nous n'avons reçu aucune instruction sur la manière dont nous pouvions reconstruire nos vies brisées. Nous avons donc dû prendre les décisions et gérer l'évacuation et toutes ses conséquences par nous-mêmes.

Une vaste superficie de la préfecture de Fukushima est hautement contaminée par les radiations. La réponse du gouvernement à cela fut tout d'abord de relever la limite réglementaire de radiation tolérable pour la population, et de nous dire ensuite qu'une exposition à des radiations inférieure à cette limite était sans danger. A cause de cette politique, la plupart de la population de Fukushima, y compris les enfants, continuent à vivre dans des régions hautement contaminées, et à s'inquiéter à propos des effets des radiations sur la santé. ces personnes sont exposées en permanence à de hautes doses de relation. Les victimes les plus sensibles sont les enfants. Certains spécialistes ont sonné l'alarme concernant les risques d'une exposition interne aux radiations pour la santé. Notre gouvernement dit que Fukushima Daiichi a libéré 186 fois plus de matière radioactive que la bombe d'Hiroshima. Malgré ça, il y a eu un black-out total sur les dangers de la radioactivité. Le gouvernement préfectoral de Fukushima s'est fait complice de l'Etat et de TEPCO, qui sont conjointement responsables de ce désastre nucléaire et cachent les informations sur les risques pour éviter une dépopulation massive.

Une partie de notre ville, Futaba, a reçu un niveau de radiations atteignant 1590 micro SV par heure. La plume est arrivée ici avant mêml'explosion de l'unité 1. Les habitants et moi-même étions toujours à Futaba et donc exposés à ce haut niveau de radiation. Cette épouvantable information a été cachée par la préfecture de Fukushima jusqu'à récemment. Le gouvernement préfectoral n'a jamais expliqué ce fait, ni ne s'est excusé pour cet incident d'exposition aux radiations.

De nombreux habitants de notre ville, Futaba, sont toujours dans la préfecture de Fukushima. Ie veux les évacuer dans un endroit aussi éloigné que possible. Pourquoi sont-ils toujours là ? C'est parce que la préfecture de Fukushima veut maintenir la population dent les limites de la préfecture, et nous empêcher de bouger malgré nous. La loi de gestion du désastre est mise en place par le gouvernement préfectoral, et ne peut être appliquée sans son agrément. Même si de nombreuses préfectures ont offert d'accueillir des réfugiés de de fournir une assistance financière pour les installer, sans l'assentiment de la préfecture de Fukushima, la loi interdit aux évacués d'accepter de telles offres. Ayant tout perdu, la majorité de la population ne pourrait survivre sans l'aide, financière ou autre, prévue par cette loi. C'est la raison pour laquelle beaucoup de personnes qui souhaitent partir de Fukushima n'ont pas pu le faire.

Le gouvernement japonais veut faire croire que cette catastrophe nucléaire ne concerne que la préfecture de Fukushima. Ils ne veulent pas que la population sache la vérité. Sur la carte de la “dose annuelle d'exposition aux radiations de la préfecture de Futaba, on peut voir les zones où la concentration de radiations dépasse le niveau réglementaire. Ceci contredit la nouvelle limite de sécurité mise en place par le gouvernement japonais et illustre le double standard découlant de leur politique d'évacuation post-Fukushima. Comme vous pouvez le voir, la plupart des sites de Fukushima sont trop contaminés pour que l'on puisse y vivre. La carte des aliments dont la consommation ou la distribution ont été limitées” montre la réelle contamination de la nourriture de provenance naturelle. la majorité de la nourriture, incluant les poissons d'eau douce, les champignons, les noix, le gibier et végétaux sauvages sont tellement toxiques qu'ils ne devraient pas être consommés. Malgré tout, un grand nombre de personnes mangent des légumes contaminés de leur propre culture. La table des “critères d'évacuation basée sur la classification du désastre de Tchernobyl” décrit la loi de Tchernobyl, mise en place à la suite de l'observation des souffrances énormes subies par la population des régions contaminées après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. La loi de Tchernobyl régit les standards d'évacuation, par exemple 5 mSV par an ou au-dessus pour une évacuation obligatoire, et entre 1 et 5 mSV par an pour une évacuation volontaire, avec une aide gouvernementale. La dose maximum recommandée par la Commission de Radioprotection, universellement reconnue, est 1 mSV par an. Le gouvernement a complètement ignoré ce standard et élevé le standard d'évacuation à 20 mSV par an. Il a forcé des personnes à vivre dans des zones avec des taux de radiation supérieurs à 20 mSV par an. Nous disons aux autorités : “Pourquoi ne venez-vous pas vivre ici avant de nous dire de rester ?” Mais ils ne répondent jamais. Un standard si dangereux a été choisi pour correspondre aux zones hautement contaminées qui n'ont jamais été évacuées. C'est abominable. C'est un terrible acte de négligence de la part du gouvernement, de TEPCO et de la préfecture de Fukushima qui ont des responsabilités pour notre protection.

Pour rendre les choses encore pires, le corps médical a aidé à établir le mythe selon lequel l'énergie nucléaire était absolument sûre, en ne mettant en place aucune préparation à des accidents nucléaires. Ils n'avaient aucun système de contrôle ni matériel de mesure en place quand se produisit la catastrophe de Fukushima. Ceci est un autre fait que le gouvernement veut cacher au peuple japonais. Au lieu de cela, ils ont mené une campagne de contre-attaque dans toute la préfecture de Fukushima pour faire croire qu'une exposition aux radiations en-deçà de la limite de sécurité est sans risque en envoyant de nombreux universitaires dans les communautés pour rassurer la population. C'est incroyable, mais le gouvernement a déformé la réalité au lieu de faire face à ses responsabilités. Néanmoins, ses mensonges ont été découverts, et le sentiment de peur et de méfiance envers les autorités grandit chez les habitants de Fukushima.

Récemment, une réunion secrète s'est tenue dans le bureau du gouvernement préfectoral de Fukushima afin de contrôler les informations délivrées au public. Pendant cette réunion, il a été décidé de ne pas révéler le fait que le gouvernement préfectoral a caché les données pronostiquant la dose dangereuse de radiation provoquée immédiatement par la catastrophe nucléaire. Il a été décidé également d'annoncer qu'il n'y avait aucune anomalie dans les données fournies par le système de contrôle sanitaire des radiations de la préfecture, malgré le taux élevé d'anomalies thyroïdiennes chez les enfants examinés. Les autorités de la préfecture dont le devoir est de protéger nos vies nous a menti à plusieurs reprises et a caché les informations.La majorité des japonais ignore ces faits. Ce que les autorités ont fait au bon peuple japonais est un acte de trahison. Cela va provoquer également une perte de confiance du Japon dans la communauté internationale. Il est totalement inacceptable de détruire la santé de nos enfants, leurs espoirs et leur futur. Maintenant, vers qui nous tourner pour reconstruire notre vision du futur ?

Je demande à vous tous, et tous les peuples du monde, de vous mettre à notre place, et de regarder la situation de notre point de vue et de celui de nos enfants. S'il vous plaît (…..) continuez à rechercher les informations alternatives. Aujourd'hui, je suis ici pour parler pour mon peuple, qui est la victime. Nous avons été déplacés et abandonnés. Je demande votre aide pour ceux qui sont affligés, qui souffrent et qui ont subi une dure épreuve. Je vous supplie de nous sauver et de sauver nos enfants. S'il vous plaît, permettez-nous de vivre ensemble dans un autre endroit quelque part sur terre. Je sais que vous ferez tout votre possible pour évacuer les enfants de Fukushima. Je vous remercie pour votre attention.



Adhérez / Donnez Boutique ETB Aide à la Navigation Contact-Nous Information Légales